Free veut faire la révolution en Italie

Free veut faire la révolution en Italie

– Article rédigé le par - 255

Pas au mieux sur le marché français, avec notamment une chute des abonnés au fixe au premier trimestre, sanctionnée à la Bourse de Paris, l’opérateur Iliad, maison mère du fournisseur d'accès à internet Free, a lancé sa contre offensive en… Italie.

"Préparez-vous à la révolution", a même lancé le directeur général d'Iliad en Italie, Benedetto Levi, lors de la présentation, mardi 29 mai, d’une offre mobile à 5,99 euros par mois, incluant SMS, appels illimités en Europe, internet de 30 gb, ainsi que des appels illimités vers 65 pays.

Lors d’une conférence de presse organisée façon show à l’américaine, Benedetto Levi a souligné qu'il était temps de dire "ça suffit" aux pratiques en cours dans la péninsule italienne et de proposer une "offre complètement différente".

Un offre à 5,99 euros valable “pour toujours”

Côtés pratiques, c’est souvent le manque de transparence des offres et une convergence limitée qui sont dénoncés en Italie. Côtés tarifs, Free espère donc révolutionner le marché italien, comme il l'avait fait en France en lançant il y a six ans des offres mobiles à deux euros.

Selon Iliad, les offres les moins chères dans le même style en Italie s'affichent à 12 euros chez Wind, 15 chez Tre, 18 chez Telecom Italia (Tim) et 30 chez Vodafone, selon un tableau fourni par Iliad. L’offre proposée par Free en Italie serait valable "pour toujours", selon Iliad, mais seulement pour le "premier million de clients", qui devront également débourser 9,99 euros pour obtenir la carte SIM.

Le groupe de Xavier Niel vise aussi le marché du fixe

Une offre particulièrement alléchante avec laquelle Iliad espère capter une grosse part d’un marché où l’on compte 84 millions de SIM utilisées. Un marché que se partagent pour l’instant Wind Tre, Tim et Vodafone, avec chacun environ 30%, le reste étant aux mains de Poste Mobile (autour de 4%) et d'autres petits opérateurs. D’après plusieurs analystes, le pari est jouable mais pas gagné pour autant dans un marché italien très spécifique et à 85% par le prépayé.

S’il réussit sa “révolution”, le groupe de Xavier Niel espère ensuite, dans un second temps, faire son entrée dans le fixe

Optiweb - Agende de Communication Globale
Catégories :