Santé, ça va mieux en le lisant #2

Santé, ça va mieux en le lisant #2

Les principaux changements en 2018: ça pique !

– Article rédigé le par - 430

La sécurité sociale, les allocations familiales mais aussi les principaux groupes d’assurance maladie tels GMF, Reunica, Humanis, Cnav, Carsat ou encore AG2R La Mondiale, s’y préparent. Plusieurs changements notoires sont prévus pour cette année 2018 dans le domaine de la santé.

Celui qui provoque le plus de débats (et effraie les enfants) est à n’en point douter la mise en place de vaccins obligatoires. On en comptait trois jusqu’alors pour les enfants de moins de 18 mois. Ils vont passer à 11 ! Les vaccins contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite étaient déjà obligatoires, connus sous le terme de DTP. Il faudra désormais se faire également piquer contre la coqueluche, la rougeole, les oreillons, la rubéole, l’hépatite B, la bactérie haemophilus influenzae B, le pneumocoque et le méningocoque C.

 Cette réforme, adoptée après plusieurs mois de débat, a pris effet au 1er janvier et concerne les enfants nés à partir de cette date. Ils seront indispensables pour les admissions en collectivités (école, crèche…) mais pour laisser un temps d’adaptation aux parents, les premières vaccinations n’auront lieu qu’à partir du 1er juin 2018. Il n’empêche, cette mesure a suscité un vif débat entre deux camps vivement opposés. Pour les autorités, cette vaccination est primordiale pour lutter contre la réapparition de certaines maladies, telle la rougeole qui a emporté 20 enfants depuis 2008. Pour les anti-vaccins, ils sont dangereux en raison notamment de leurs adjuvants, tout particulièrement l’aluminium. Certains accusent même les grands laboratoires de privilégier leurs revenus au détriment de la santé des enfants.

Parmi les autres principales mesures mises en place en 2018 dans le domaine de la santé, le forfait hospitalier augmente de 2 euros et passe à donc à 20 euros par jour. La différence devrait être prise en charge par les complémentaires santé. Concernant les soins dentaires, soigner une carie reviendra bien plus cher, le tarif passant de 41 à 67 euros. A noter aussi la fin du remboursement de médicaments utilisés pour traiter le mal de dos (Coltramyl, Miorel, Myoplege) car selon la Commission de la transparence de la Haute Autorité de Santé, ces médicaments présentent un “service médical rendu” insuffisant qui ne justifie plus leur remboursement.

En parlant d’efficacité pour sa santé, rien ne l’est sans doute plus que d’arrêter de fumer. Si vous manquez toujours de volonté, l’Etat va vous aider… en augmentant en moyenne les paquets d’1,10 euros à partir du mois de mars. Qu’on se le dise : fumer nuit à la santé mais aussi au porte-monnaie.

Optiweb - Agende de Communication Globale
Catégories :