L’info des marques #4

L’info des marques #4

Monoprix veut s’offrir Sarenza, La SNCF, caverne d’Ali Baba, Amazon embauchera 200 CDI en 2018

– Article rédigé le par - 405

Monoprix veut s’offrir Sarenza.

Marque du groupe Casino, Monoprix serait en passe de racheter le site français Sarenza. Un poids lourd des ventes de chaussures en ligne puisque Sarenza est le deuxième plus important vendeur avec 125 millions d’euros en 2016, juste derrière le site e-commerce allemand Zalando et ses 130 millions d’euros de vente, toujours pour 2016.


La SNCF, véritable caverne d’Ali Baba.

A croire que l’on est plus distrait quand on voyage. La SNCF a dévoilé le nombre des objets trouvés qu’elle a recueilli en 2017. Le résultat est aussi imposant qu’étonnant. La compagnie ferroviaire française a ainsi récupéré quelque 35 000 bagages l’année dernière mais aussi 14 370 vêtements et chaussures. Dans cette caverne d’Ali Baba, on retrouve aussi un millier de parapluies ou encore 314 instruments de musique…

Amazon devrait embaucher 2000 CDI cette année en France.

Localisés dans les cinq centres de distribution sur l’Hexagone, le géant américain du commerce en ligne Amazon prévoit d’embaucher 2000 personnes en contrat à durée indéterminé en 2018, ce qui porterait ses salariés au nombre de 7500 en France.Ces emplois sont le “résultat d’investissements continus pour développer le réseau de distribution d’Amazon en France”, a déclaré dans un communiqué le directeur des opérations France de l’entreprise américaine.

Il faut dire que le e-commerce est en plein boom à travers le monde et tout particulièrement en France où les consommateurs ont dépensé 81,7 milliards d’euros en ligne en 2017. 49 000 postes travailleraient d’ailleurs dans ce secteur de la vente en ligne.

Canal + grand gagnant de la refonte de la chronologie des médias ?

Le Centre National du Cinéma prépare une refonte de la chronologie des médias, à savoir redéfinir la règle qui définit les délais à respecter pour la sortie des œuvres cinématographiques sur chaque canal d'exploitation suite à leur diffusion en salles.

Alors que les géants du streaming comme Netflix ou Amazon Prime Vidéo souhaitent voir ces délais réduits avant de diffuser ces films sur ces plateformes, c’est l’inverse qui pourrait de produire. Selon des informations du quotidien national Le Figaro, la sortie d'un film sur support physique et en VOD pourrait ainsi intervenir trois mois après sa sortie en salles, soit un mois de moins qu'actuellement.

En revanche, pour la VOD par abonnement, la réforme pourrait être favorable à Canal+, qui milite pour qu'un avantage soit donné aux plateformes dites "vertueuses", qui participent au financement de certains films et contribue ainsi à l'exception culturelle française.

Optiweb - Agende de Communication Globale
Catégories :