Avignon, Aix, Grande-Motte ... cet été, Uber dans les roues des vacanciers

Avignon, Aix, Grande-Motte ... cet été, Uber dans les roues des vacanciers

– Article rédigé le par - 297
Voilà une nouvelle qui n’a pas bien sûr ravi les taxis. Depuis le lundi 2 juillet, et jusqu’au 31 août, la société Uber a annoncé le déploiement de sa formule VTC (Voitures de Transport avec Chauffeur) dans 14 nouvelles villes en France, principalement des cités touristiques, stations balnéaires ou de festival. Uber, qui a débarqué en France en 2011, provoquant la colère des taxis qui y voyaient une concurrence déloyale, travaille déjà dans près de 300 communes de l’hexagone et les principales grandes agglomération comme Paris, Marseille, Lyon, Lille, Bordeaux, Nice, Cannes, Montpellier, Strasbourg, Nantes, Toulouse ou Rennes. Au total, le numéro 1 du secteur du VTC revendique quelque 25 000 chauffeurs dans le pays.


A la Grande-Motte de 8 600 habitants permanents à… 120 000 en été

Cet été, la société américaine a donc ciblé des villes touristiques : Saint-Tropez, Arcachon, Deauville, La Baule, La Grande-Motte, Biarritz, Bayonne, Perpignan, Toulon… dont la population augmente durant cette période de vacances. La Grande-Motte par exemple, station balnéaire de l’Hérault sortie de terre entre 1968 et 1975, passe de 8 600 habitants permanents à 120 000 estivants au coeur de la saison. Autant de clients potentiels pour de courts trajets.

Autres cibles de la plateforme, les villes qui accueillent des festivals comme Aix-en-Provence ou Avignon. Là encore, trajets du lieu de vacances à la plage, de la location à l’aéroport ou la gare, après une soirée arrosée en boîte de nuit… la demande est bien sûr plus forte durant cette période estivale, notamment celle des touristes étrangers. Avec cette nouvelle offre, Uber entend aussi redorer une image largement ternie par nombres de scandales sur la concurrence avec les taxis classiques ou encore la précarité du travail de ses chauffeurs.

Uber s’allie avec la Ville de Nice

Preuve que Uber souhaite faire évoluer son image, la société, bien que déficitaire, a décidé de s’allier avec la Ville de Nice, à travers la régie Ligne Azur, pour offrir du transport complémentaire sur les lignes de bus qui relie les usagers vers le tramway, le soir après 20 heures. Pour la Ville de Nice, c’est l’économie de faire travailler ses fonctionnaires sur des lignes plus rentables. Pour la société américaine, d’autres sources de revenus avec des trajets à la demande au prix fixe de 6 euros. Ainsi, sur les 17 lignes de bus, à partir de 20 heures, ce sont quelque 50 000 abonnés des transports niçois qui se rendent en tramway dans une des zones desservies qui pourront prendre une voiture Uber pour ce prix fixe abordable de 6 euros quel que soit la distance et le temps passé.

Optiweb - Agende de Communication Globale
Catégories :